Histoire

Les origines
Fondée par le Grand Maitre Subur Rahardja, l’école Persatuan Gerak Badan (PGB), Union du Mouvement Corporel, trouve son origine dans la rencontre de traditions chinoises et indonésiennes. Celui que plus tard ses étudiants appelleront Suhu (Sifu, Maitre en Mandarin) est immergé dès son plus jeune âge dans la pratique et la culture des Arts Martiaux. Né en 1925 à Bogor dans l’île de Java, très jeune orphelin de père, il grandit dans la maison de son oncle, guérisseur et Maitre d’Arts Martiaux renommé. Les rencontres et échanges qui y ont lieu régulièrement entre experts chinois et indonésiens le fascinent dès son plus jeune âge. A partir de 8 ans, il s’entraine intensivement sous la direction de plusieurs maîtres de haut niveau. Les enseignements « fondateurs » reçus par Suhu provenaient principalement des monastères de Shaolin, Wu Tang et Omei en Chine.

Les débuts de PGB
Suhu travaille à Jakarta (à 60km de Bogor), fonde une famille et continue à pratiquer le Silat intensivement. Ses compétences étant de plus en plus reconnues, il lui est demandé d’enseigner. Un groupe se constitue autour de lui, qui conduit à la création de PGB le 25 décembre 1952 à Bogor, avec la Grue Blanche pour emblème. Sous la direction de Suhu Subur, la réputation de PGB grandit et s’étend à d’autres villes, à une époque où les défis entre écoles d’Arts Martiaux faisaient partie de la norme. Dans cette atmosphère, PGB développe une forte communauté, non seulement dédiée à la pratique de l’art martial, mais également engagée dans l’action sociale.

Des années difficiles
PGB suivra les aléas de l’histoire indonésienne : l’Indonésie est une jeune nation instable. En 1965, suite à un coup d’état qui portera au pouvoir pour plusieurs décennies le dictateur Suharto, nombre d’organisations politiques et sociales sont interdites, dont PGB. Suhu continuera d’enseigner mais dans l’ombre. Parallèlement, les aléas de sa vie privée et professionnelle l’amèneront à résider dans un temple bouddhiste de Bogor pendant 2 ans, période de retraite et d’intense pratique personnelle.

Renouveau
À partir de 1969, PGB peut agir à nouveau au grand jour et se développer : construction d’une salle d’entrainement, arrivée d’élèves de plus en plus nombreux. Suhu se consacrera dès lors, et jusqu’à sa mort, à la transmission du Silat, art martial et art de vie puisant ses sources dans la tradition chinoise mais s’insérant dans la culture indonésienne. La renommée de Suhu franchit les limites du seul monde des arts martiaux. Son charisme et la richesse de son enseignement attirent un public de plus en plus large, dont des artistes, par le biais desquels arrivent les premiers élèves occidentaux. Le centre de Tugu, construit sur un vaste terrain dans les collines proche de Bogor, accueille bientôt des élèves indonésiens et étrangers qui vivent dans l’école et se consacrent à temps plein à l’étude du Silat. Suhu commence à voyager. Les premières branches sont créées en occident (USA, Allemagne), attirant de nouveaux élèves pour des séjours plus ou moins longs à Bogor Pusat, « l’École mère ». Plusieurs cercles d’entraineurs indonésiens et occidentaux sont créés pendant cette période.

Suhu décède accidentellement le 1er janvier 1986.
À son retour d’Indonésie et après 9 ans de pratique dans l’école, une élève mandatée par Suhu ouvre la première branche française à Paris en 1986.

Transition
Choisi pour succéder à son père, Gunawan Rahardja, alors âgé de 28 ans, doit relever différents défis. Pendant cette période de transition, le nouveau leader se consacre assidument à son entrainement personnel. Après plusieurs années de pratique intensive, qui le mènent jusqu’à la source de l’art transmis par son père, il atteint le niveau de maîtrise et de compréhension nécessaires pour assumer pleinement son rôle.

Une nouvelle ère
Les compétences du jeune Maître attirent une nouvelle génération d’élèves tandis que des anciens reviennent étudier sous sa direction. En 1992, PGB organise au Centre de Tugu, la première retraite internationale officielle qui réunira anciens et nouveaux élèves indonésiens et étrangers. Depuis, des retraites internationales sont régulièrement organisées à tour de rôle par différents pays : en Indonésie à Java et Bali, aux E.U., en Allemagne, Espagne, et en France (la dernière en France ayant eu lieu à Oléron en 2010).
En 1993 Gunawan Rahardja ouvre un cabinet de médecine énergétique à Bogor qui attire depuis de nombreux patients.
En 1999, lors de la cérémonie annuelle de la pleine lune (Pe Gwe Cap Go), Gunawan Rahardja est formellement nommé Grand Maitre de PGB par une assemblée d’anciens. Nombre de seniors aujourd’hui le reconnaissent comme leur Maitre et l’appellent Suhu.
Depuis l’an 2000 est enseigné un nouveau système de mouvements énergétiques dans une vision holistique de santé. Connu aujourd’hui sous le nom de Tao Kung, ce système est enseigné en Indonésie et dans d’autres pays dont la France.
Suhu Gunawan continue de transmettre et développe de nouvelles manières d’enseigner adaptées aux besoins de la société actuelle. Il supervise également la création d’une nouvelle standardisation pour la pratique martiale, introduite en 2012 à Bali pendant la retraite internationale.

Annonces

Consulter toutes les annonces